L’élagage et le principe de taille douce

Si l’arbre dans son milieu naturel peut se développer à sa guise, sans avoir besoin d’être taillé, il est cependant soumis à certaines contraintes lorsqu’il est introduit par l’homme dans certains espaces : à proximité des réseaux, des infrastructures, dans des espaces restreints, etc. Dans ces conditions, la taille s’avère souvent nécessaire pour que cette cohabitation entre l’arbre et l’homme soit durable. L’entretien de l’arbre par l’élagage devient alors indispensable pour limiter ou orienter son développement.

Les différentes techniques d’élagage

L’élagage d’un arbre peut avoir plusieurs objectifs : lui donner une forme particulière, limiter sa taille, ou encore préserver la santé de l’arbre. Le type d’élagage à appliquer peut être défini en fonction de l’essence de l’arbre, de sa situation dans l’espace ou de son état mécanique. Les tailles radicales dont l’étêtage et les réductions sévères sont à éviter car elles engendrent des repousses anarchiques, favorisant l’affaiblissement de l’arbre, le développement des maladies, voir même la mort de l’arbre. Il est important en effet de garder à l’esprit que les arbres sont des êtres vivants. Ils sont ainsi sensibles aux champignons, aux attaques d’insectes et aux maladies. Or les plaies de taille et les déchirures sont des portes d’entrée aux agents pathogènes.

Heureusement, grâce aux avancées scientifiques en matière de connaissance des arbres, il est désormais possible d’effectuer des élagages en préservant la santé des arbres. Il existe ainsi différents types de tailles : taille douce, taille de restructuration, taille de conversion, taille d’adaptation, taille d’entretien, taille de formation, taille de réduction, taille d’éclaircie, taille sanitaire, taille raisonnée, etc.

Principes de la taille douce des arbres

La taille douce est généralement employée lorsque l’arbre dispose de suffisamment de place pour ne pas gêner et être gêné. C’est une forme semi-libre d’élagage qui prend en compte :

  • la santé de l’arbre (état physiologique) ;
  • son âge (ou plutôt de son stade de développement) ;
  • la forme naturelle de la charpente propre à l’essence (on parle de modèle architectural) ;
  • mais aussi certaines contraintes extérieures (sécurité des usagers, volume aérien et souterrain disponible, hauteur du houppier pour le passage de véhicules, etc.)

Quand réaliser la taille douce ?

La taille douce d’un arbre doit être effectuée selon les besoins et en tenant compte de la période de taille. Elle peut débuter dès sa plantation, voir même avant, selon l’âge d’acquisition de l’arbre. Une fois que la hauteur de tronc choisie est atteinte, l’arbre devrait pouvoir s’exprimer librement et nécessiter très peu d’interventions.

La taille douce peut se faire tout au long de la vie de l’arbre, pour accompagner son développement. Le but étant de :

  • supprimer ses bois morts pour des raisons sécuritaires ;
  • remonter ses branches basses ;
  • éclaircir le houppier si nécessaire ;
  • contrôler ses dimensions;
  • favoriser son développement harmonieux.

A quelle fréquence réaliser la taille douce des arbres ?

La fréquence de la taille d’entretien varie en fonction de l’essence et de l’âge de l’arbre :

  • pour un arbre de plus de 10 ans, environ une fois tous les 2 ans ;
  • pour un arbre de plus de 20 ans, tous les 4 ou 5 ans ;
  • pour un arbre de plus de 30 ans ; une fois tous les 10 ans.

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire